Le gouvernement relance la guerre entre l’enseignement public et l’enseignement privé !


Madame Najat Vallaud-Belkacem, vous représentez la France, tous les Français sans exception, en tant que Ministre du Gouvernement. Qui plus est, vous êtes Ministre des Droits des Femmes, mais pensez-vous un petit peu aux enfants ?

Pensez-vous qu’un devoir de réserve ne s’impose pas quand la France est divisée à ce point sur le sujet du « mariage pour tous »? Et d’ailleurs, vous le verrez le 13 : la balance penche maintenant du côté des anti « mariage pour tous ». Et ils sont plus de 65% à demander un référendum sur le sujet. Ce n’est pas rien. C’est la réalité !

Alors vous avez trouvé, en creusant un peu plus le sillon laissé par Cécile Duflot (qui accusait les catholiques d’être si peu ouverts à la misère humaine sur le sujet des SDF), une astuce : parler du « mariage pour tous » à l’école. Et Vincent Peillon, refuse de son côté, que l’enseignement catholique débatte sur le sujet. Deux poids, deux mesures qui divisent la France 😦

Vous êtes prise en flagrant délit de propagande et de manipulation de l’enfance, alors que le projet de loi n’a pas été déposé et qu’il n’a même pas été voté.

Vous instrumentalisez les enfants de la République. Et cela nous rappelle le gouvernement de Vichy, qui l’a fait en son temps avec « Maréchal, nous voilà ! ».

Et en plus sous des airs d’innocents !

Votre rencontre avec les collégiens de Fleury-les-Aubrais, en octobre 2012, est une réponse au sujet traité : l’homophobie. La France serait-elle homophobe à ce point Madame le Ministre, pour que vous n’ayez pour seule réponse que celle de défendre le « mariage pour tous »?

Pourquoi à ce moment-là ne pas parler de l’hétérophobie, de la religionphobie, etc.?

Votre sujet était l’homophobie, pourquoi avoir parlé du « mariage pour tous »? Quel rapport?

Si vous en parlez, c’est bien que, justement, vous voulez lier les deux : homophobie et « mariage pour tous ». Si vous liez les deux, c’est qu’il s’agit bien d’une intention de votre part de défendre, de promouvoir le projet du « mariage pour tous ».

Etait-ce de la propagande ?

Permettez-nous de vous proposez cette définition (source Wikipédia) : La propagande désigne un ensemble d’actions psychologiques influençant la perception publique des événements, des personnes ou des enjeux, de façon à endoctriner ou embrigader une population et la faire agir et penser d’une manière voulue[1],[2].

CQFD : votre intervention nous ramène aux années obscures du siècle dernier…C’était bien de la propagande.

De qui êtes vous la Porte-parole ?

Etes-vous la Porte-parole du lobby inter-LGBT, de SOS-HOMOPHOBIE?

Ne mentez pas aux enfants, ne mentez pas à la France, ne mentez pas aux générations futures.

Sur le « mariage pour tous », il nous faut un débat apaisé, et surtout de la vérité.

Ce « mariage » gay est finalement attristant et nous entraîne vers de nouvelles querelles, vers la « crise pour tous ». Grâce à vous et à Monsieur Peillon, la guerre scolaire est en cours…A marche forcée vous accusez l’enseignement catholique et vous voulez museler son corps enseignant, ses enfants, ses parents d’élèves. Comme en 1984 !

Il est encore temps de réenchanter la France et de valoriser nos institutions républicaines : comme la Famille !

TOUS A PARIS, LE 13 JANVIER 2013 !

POUR LA LIBERTE, LA VERITE, ET LE RETRAIT DU PROJET…

 

 

« Quand une ministre louait le mariage homo dans un collège »…


Quand une ministre louait le mariage homo dans un collège

Source: lefigaro.fr

En visite dans une école du Loiret en octobre, Najat Vallaud-Belkacem présentait le mariage homosexuel comme «une avancée». La porte-parole du gouvernement se défend aujourd’hui de tout «prosélytisme».

La consigne de Vincent Peillon, qui a jugé hier qu’il ne lui semblait pas «opportun» d’importer dans le débat sur le mariage gay à l’école, n’a pas toujours été scrupuleusement respectée par les membres du gouvernement, souligne-t-on chez les opposants à ce projet de loi.Lors d’une visite dans un collège du Loiret cet automne, la ministre du Droit des Femmes, Najat-Vallaud Belkacem, a présenté le «mariage pour tous» comme une «avancée». «Cela va permettre plus d’épanouissement. Plus de liberté. Plus d’égalité dans la société», a-t-elle dit à une assistance d’une dizaine de collégiens dans le cadre d’une action de sensibilisation à la lutte contre l’homophobie, selon des images prises par BFMTV.
MONSIEUR LE MINISTRE, EN RAISON DU PRINCIPE D’EGALITE, PERMETTEZ A L’ECOLE LIBRE DE FAIRE LA MEME CHOSE QUE NAJAT VALLAUD-BELKACEM.MONSIEUR LE MINISTRE A VOTRE TOUR, SANCTIONNEZ NVB

MONSIEUR LE MINISTRE, NE FAITES PAS LA MÊME ERREUR QU’EN 1984.

OU PLUTÔT SI : CONTINUEZ A BAILLONNER L’ECOLE LIBRE, L’ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE…ET VOUS VERREZ SORTIR DE L’OMBRE, DU SILENCE DES CENTAINES DE MILLIERS DE MANIFESTANTS.

C’EST CERTAIN MAINTENANT : NOUS SERONS DES MILLIONS LE 13 JANVIER 🙂

Non l’enseignement catholique n’en fait pas trop sur le « mariage pour tous »…Courage, continuez !


Source : Libération

L’enseignement catholique en fait-il trop sur le mariage pour tous ?

4 janvier 2013 à 16:13

Un professeur dispense des cours à des élèves de sixième du collège catholique Jean Bosco à Rambouillet le 20 décembre 2007.

Un professeur dispense des cours à des élèves de sixième du collège catholique Jean Bosco à Rambouillet le 20 décembre 2007. (Photo Pierre Verdy. AFP)

 

Enquête+document Dans un courrier que publie Libération, le ministre de l’Education appelle les recteurs à «la plus grande vigilance» face aux risques de «stigmatisation homophobe» dans les établissements privés qui pourraient débattre du sujet.

    Par SYLVAIN MOUILLARD
Libération

Avec ses quelque deux millions d’élèves, l’enseignement catholique se prépare-t-il à la mobilisation contre le projet de loi sur le mariage pour tous ? C’est la crainte du ministre de l’Education Vincent Peillon, qui a envoyé ce vendredi une lettre à ses recteurs d’académie, leur demandant «la plus grande vigilance» vis-à-vis des établissements privés. «Le caractère propre de ces établissements ne saurait leur permettre de déroger au strict respect de tous les individus et de leurs convictions, écrit le ministre dans ce courrier que Libération s’est procuré (voir ci-dessous). Il convient donc d’appeler à la retenue et à la neutralité au sein de tous les établissements afin que l’école ne fasse l’objet d’aucune instrumentalisation.»

La lettre ministérielle est en fait une réponse au courrier envoyé à la mi-décembre par le secrétaire général de l’enseignement catholique, Eric de Labarre. Dans cette missive transmise à 8 300 chefs d’établissements, il rappelle son opposition au projet de loi ouvrant la voie au mariage pour les couples homosexuels. De Labarre va même plus loin, en proposant aux directeurs de «prendre des initiatives qui [leur] paraissent localement les plus adaptées pour permettre à chacun l’exercice d’une liberté éclairée».

Tollé chez certains syndicats du privé, qui dénoncent une ingérence intolérable, et une volonté d’instrumentaliser les élèves. La tonalité est semblable chez Vincent Peillon. Le ministre dénonce la «faute» du secrétaire de l’enseignement catholique, jugeant qu’il n’est «pas opportun d’importer dans l’école le débat sur le mariage pour tous». «Je ne veux pas raviver la guerre scolaire», nuance-t-il toutefois au Monde. Dans sa lettre, il rappelle par ailleurs que «la prévalence du suicide chez les jeunes homosexuels est plus de cinq fois supérieure que chez les jeunes hétérosexuels».

Pour lire la lettre du ministre, cliquez ici.