Mariage gay: Frigide Barjot affirme avoir « ébranlé » François Hollande


Source : L’Express

La chef de file des opposants au mariage pour tous a été reçue pendant une demie-heure à l’Elysée. « Je crois que la reconnaissance de notre mouvement est faite » mais François Hollande « ne nous porte pas encore aux nues », a déclaré Frigide Barjot à l’issue de cette rencontre.

Elysee_250113

Frigide Barjot, lors d’une manifestation anti-mariage pour tous devant l’Elysée, le 23 janvier. Elle a été reçue ce vendredi à l’Elysée par François Hollande, avec d’autres opposants au projet de loi. AFP PHOTO / JACQUES DEMARTHON

« On nous a fait passer par derrière », « par les communs ». Frigide Barjot, porte-voix des opposants au mariage homosexuel, a ironisé après avoir été reçue ce vendredi soir pendant une demi-heure à l’Elysée par François Hollande. Arrivée au plaais présidentiel par son entrée principale, elle en est ressortie par une autre aile, au moment où entraient par le perron Florence Cassez et sa famille pour un entretien avec le président.

L’humoriste a qualifié son entrevue avec François Hollande de « consistant et sympathique ». « Je crois que la reconnaissance de notre mouvement est faite » mais le chef de l’Etat « ne nous porte pas encore aux nues », a-t-elle déclaré à des journalistes, confirmant un appel à manifester des opposants au texte le 2 février prochain, alors que les manifestants favorables au mariage pour tous manifestent ce dimanche.

Rassemblement anti- mariage pour tous devant l’Elysée

« Le président nous a dit qu’il nous entendait, d’ailleurs il nous a gardés » et « nous avons vraiment balayé toute la problématique de la loi Taubira », sur le mariage homosexuel, a-t-elle ajouté, jugeant l’entretien avec le chef de l’Etat « consistant et sympathique ». « Nous l’avons ébranlé », a-t-elle dit.

Plusieurs opposants au mariage gay ont profité de l’occasion pour se rassembler à proximité du palais de l’Elysée, où les rues proches avaient été barrées par d’importantes forces de police, pour réclamer un référendum sur cette question.

La meneuse du collectif « La Manif pour tous » était accompagnée de Laurence Tcheng, du collectif « La gauche pour le mariage républicain », ainsi que d’un représentant du collectif « Plus gay sans mariage ».

Lors de cet entretien, le président de la République devait réaffirmer « sa détermination à faire adopter » le projet de loi ouvrant le droit au mariage et à l’adoption aux couples homosexuels, avait indiqué son entourage.

 

 

Mariage gay : pour l’Église, il ne faut pas «ignorer» la rue


Source : Le Figaro    

À droite, le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, lors de la Manif pour tous.
À droite, le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, lors de la Manif pour tous.Crédits photo : Corinne SIMON/CIRIC

Réagissant pour la première fois depuis la manifestation des opposants au mariage pour tous, les évêques de France appellent la majorité à ne pas «ignorer» les «réactions» suscitées chez tant de Français.

Trois jours après la manifestation monstre contre le mariage homosexuel, les évêques de France appellent directement la «majorité politique» à ne pas «ignorer» les «réactions» suscitées chez «tant de nos compatriotes» car elles ont été spectaculairement mises en évidence par «l’ampleur exceptionnelle» de cette mobilisation.Refuser de le voir ne serait pas «sans dommage pour le bon fonctionnement démocratique» préviennent-ils. Ils appellent donc les responsables gouvernementaux à «rassembler le pays» pour ne laisser s’installer un «clivage» qui serait «malvenu» dans le contexte de la crise économique et sociale.Lors de ses vœux à la presse, mercredi matin, le président Hollande a toutefois assuré, sur un mode allusif, qu’il n’entendait «pas opposer une France à une autre» mais qu’il poursuivrait ses œuvres de «modernisation» en «respectant les opinions et le débat».

Chercher une troisième voie

Sans évoquer un référendum, les évêques demandent donc concrètement aux élus impliqués dans le «débat parlementaire» d’imaginer «des solutions et des formulations qui soient respectueuses du caractère hétérosexuel du mariage, de la filiation et des personnes homosexuelles». Ce qui reviendrait à réserver strictement le mot «mariage» à l’union d’un homme et d’une femme et à chercher une troisième voie – par exemple une union civile renforcée – comme ils l’avaient déjà suggérée, dans un document, en septembre dernier.

Ils invitent, enfin, les «communautés catholiques» à «poursuivre la réflexion sur ces enjeux fondamentaux». Ce qui signifie en clair, ne rien exclure du côté de l’action mais à prendre à présent le temps, d’une réévaluation de la stratégie à mener.

Car ils s’inquiètent du «risque de clivage profond» de la France sur ce sujet. Or, la responsabilité d’une religion, comme l’Église catholique, estiment-ils depuis le début, n’est pas de pousser à la division, ou à l’exclusion politique, mais de favoriser l’unité du pays, précisément par la tenue d’un débat de qualité où seront pris en compte tous les points de vue. Quant à «la mission du politique» écrivent-ils, elle est justement «d’offrir le cadre d’une authentique réflexion sociale sur ces questions majeures».

D’autant insistent-ils que «nous avons alerté depuis de longs mois le gouvernement et l’opinion publique» sur ce «risque de clivage» représenté par le projet de loi. «Ce clivage est d’autant plus malvenu que notre pays connaît une période de fortes difficultés économiques et sociales qui devrait, au contraire, amener les responsables politiques à rassembler le pays».

Une «alerte» qui était «fondée» se justifient-ils en soulignant «l’ampleur exceptionnelle» de la manifestation: «des gens de toutes les régions de France, jeunes ou plus âgés, en famille, avec leurs enfants ou seuls, de toutes opinions, de toutes religions ou sans religion, ont défilé avec conviction, dans la bonne humeur et sans agressivité à l’égard de quiconque. Dans cette grande diversité, la caractéristique commune était la reconnaissance de la famille, l’intérêt supérieur des enfants et le respect de la filiation».

Le pôle transport de La Manif Pour Tous remercie tous les volontaires !


Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ils étaient plus de 8 000 volontaires, sur les 10 000 attendus, hier, à avoir prêté main forte aux manifestants pour leur assurer des services de qualité. Un des premiers services, le plus important sans nulle doute, en fonction de la forte mobilisation d’hier : le service transport.

Comment en effet faire venir sur Paris des centaines de milliers de manifestants?

Le pôle transport et ses centaines de volontaires ont dû accueillir près de 1 000 cars (945) et les diriger sur plusieurs dizaines de points stratégiques, comme celui des Invalides.

 » MERCI, un immense merci, beaucoup de merci pour cette journée !  Il est 20h, il reste à peine 10 bus dans Paris, votre travail est un véritable succès !!!!!!! Chaque manifestant a retrouvé son car. Merci d’avoir bravé le froid, la pluie et même la neige, merci de votre courage, de votre engagement, de votre dévouement, de la perfection de votre travail.

Vous avez été formidables ! 

En attendant les chiffres officiels (ils ont annoncé 800 000 sur le Champs de Mars !), je crois que nous pouvons conclure que cette manifestation fut un succès, au moins pour les manifestants qui ont passé une super journée. 

MERCI ! 

Bonne nuit, réchauffez-vous bien.

Bonne semaine à tous. »

Pierre-Yves, Christophe et Constance.

MERCI A VOUS, VOTRE ACCUEIL, VOTRE GENEROSITE, VOTRE GENTILLESSE, VOTRE JEUNESSE ET VOTRE VOLONTARIAT ONT ETE FORMIDABLES.

Alain Escada et Virginie Tellenne (Frigide B) : signez ce CECU à durée déterminée !


100_8546100_8703

Les Tourtereaux viennent d’écrire à Virginie Tellenne (LMPT) et Alain Escada (Président de Civitas)

pour les inviter à l’Entente Cordiale avant le 13 janvier ! Pour matérialiser cet entente, ils doivent signer avant le 13 janvier (au plus tard le 11 janvier, pour que cela ait du sens) le Certificat d’Entente Cordiale Unitaire (CECU) que nous leur avons remis :

frame

« Chère Virginie et Cher Alain, 

 A J-4 de la grande manifestation nationale du 13 janvier, Les Tourtereaux vous invitent à signer ce Certificat d’Entente Cordiale Unitaire.

Ce sera un bon signe pour l’ensemble des Français qui viendront manifester dimanche. Cela montrera que nous sommes bien, que vous êtes bien unis et à leur service.

Et comme il nous faut des témoins, je mets en copie les amis.

Si vous le souhaitez et pour mettre en lumière cet accord, nous pouvons organiser jeudi ou vendredi une signature médiatique devant la mairie de Paris. 

Nous avons laissé sur le certificat la place pour votre signature (vos noms y sont déjà) et la date manuscrites : mettre le jour (jeudi ou vendredi) et la date (le 10 ou le 11). 

Ce certificat est à durée déterminée : il pourra être renouvelé ou se transformer en durée indéterminée selon votre propre volonté. 

Merci de vos retours pour aujourd’hui (si possible)… »

Nous vous tiendrons informé de la signature ou pas de ce certificat.

Le 13 janvier 2013, la manifestation appartient à toutes celles et tous ceux qui ont décidé courageusement de se lever et de venir des quatre coins de France (et des pays limitrophes – nous avons encore reçu des mails sur ce sujet) pour dire NON au « mariage pour tous ».

C’est cela l’ESSENTIEL : ETRE UNIS ET DIRE NON AU « MARIAGE POUR TOUS »

LE 13 JANVIER 2013 !

Les attaques, les esprits de chapelle, les querelles ne servent à rien et sont destructrices de nos valeurs.

Virginie et Alain : avancez un pas l’un vers l’autre, ce CECU n’est que symbolique; faites une ou deux concessions. Les manifestants ne souhaitent que cela.

Les égos et tout ce qui nuit à l’unité : au vestiaire !

TOUS A PARIS, LE 13 JANVIER 2013. TOUS UNIS !

 

Les porte-paroles de La Manif Pour Tous !


Porte-paroles LMP

Nous sommes heureux de constater que les porte-paroles se sont enfin étoffés. Depuis le 10 décembre, se sont ajoutés à Frigide Barjot, Xavier Bongibault et Laurence Tcheng, Tugdual Derville, Camel Bechikh, Philippe Brillault, Lionel Lumbroso.

Et depuis quelques heures, Béatrice Bourges est venue équilibrer et renforcer cette équipe. Tant mieux ! Nous avions publié un article sur elle, il y a quelques temps (cliquez sur son nom).

Il reste maintenant à finaliser cet ensemble, afin que l’équilibre soit véritable et réponde bien au label de La Manif Pour Tous :

– la gauche est représentée, mais pas la droite;

– les religions musulmanes et juives sont représentées, mais pas les religions catholiques, et protestantes…

Pourquoi ne pas demander à Antoine Renard, président de l’une des plus anciennes associations familiales catholiques (CNAFC) de vous rejoindre? Idem, pour Henri Joyeux, président de l’une des plus importantes associations familiales laïques, qui était à toutes nos réunions ?

L’UNITE EST EN MARCHE…BRAVO, CONTINUEZ ! ET N’OUBLIEZ PAS CIVITAS !

Famille Chrétienne a interviewé Tugdual Derville qui parle de l’organisation, de Frigide…et confirme qu’il n’y aura pas de « gay-pride »!


Tugdual Derville : la Manif pour tous peut « déraciner un projet qui passe pour acquis » (2/2)

« Tout est parti d’une phrase dans  le style de Frigide, mais il ne s’est jamais agi de singer la Gay  pride. Soyons clairs, nous en avons parlé ensemble : il n’y aura pas de  char gay, pas plus que de chars « hétéro », car nous sommes au-delà de  ce genre d’étiquette… »

Le collectif de La Manif pour tous est en passe de réussir son pari d’une manifestation de masse. Le point avec Tugdual Derville, d’Alliance VITA, qui coordonne la mobilisation dans les régions et les associations. deuxième partie de votre interview.

Tugdual Derville à la Manif pour tous du 17 novembre. © Cyril Lepeigneux

Craignez-vous une récupération politique de la part de l’UMP ?

Comme  de nombreux élus et membres de ce parti hostiles à ce projet  gouvernemental, je pense que ce serait catastrophique. L’élan de La  Manif pour tous a surgi de la base, pas même des associations, pourtant  mobilisées de longue date. Quelques citoyens ont pensé qu’il fallait  très vite manifester en régions, dès novembre. Il serait injuste de  voler cette mobilisation à ceux qui l’ont initiée, avec un indéniable  courage et une magnifique efficacité en termes de nombre et de  communication.

Nous avons donc demandé à tous les partis  politiques (pas seulement à l’UMP), ainsi qu’à toutes les associations  organisatrices, de défiler sous un seul label : celui de La Manif pour  tous qui demande la suspension – c’est-à-dire le retrait en l’état – du  projet de loi, et l’ouverture d’un vrai débat sur la famille et la  filiation. Cela nous oblige tous à effacer nos logos derrière celui qui  nous réunit, et à mettre au second plan des revendications secondaires  qui ne font pas l’unanimité. C’est la grande force de cette Manif pour  tous : elle simplifie et unifie complètement toute l’organisation. Nos  « tribus gauloises », riches et diverses, et qui ne sont aucunement  obligées d’être d’accord sur tout, ne feront qu’une seule ce jour-là,  pour la cause qui nous unit. Reste que les élus sont bienvenus : de  gauche comme de droite, ils sont attendus, avec l’écharpe correspondant à  leur mandat : parlementaires, qui font la loi, conseillers régionaux ou  généraux, maires. Comme officiers d’état civil concernés au premier  chef par la sauvegarde du mariage républicain, les maires seront  particulièrement à l’honneur, avec les Maires pour l’enfance, mouvement  transpartisan de 18 000 élus.

Au sein de l’organisation, comment  se répartissent les rôles ? Vous-même, quelle place occupez-vous aux  côtés de Frigide Barjot ?

L’organigramme s’enrichit tous les  jours de nouvelles compétences, grâce auxquelles tout se prépare au  mieux. Participant à l’ensemble des décisions, je supervise  personnellement la mobilisation dans les régions et la concertation  interassociative, tout en étant l’un des porte-parole. Je pense que Frigide et moi nous complétons bien. Je lui suis reconnaissant d’avoir  voulu et organisé la manifestation du 17 novembre. Je découvre son  énergie, ses talents et sa créativité. Elle connaît les personnes  concernées par la revendication que nous contestons ; elle les aime avec  sincérité. C’est à la fois une personnalité imprévisible et intuitive,  et un « moteur à explosion ». Alors, bien sûr, une personnalité aussi  peu lisse peut « déraper » dans le feu d’une interview. Certains de ses  propos à l’emporte-pièce peuvent nous choquer. Elle le reconnait  volontiers, et sait rectifier le tir. Les autres porte-parole la complètent.

J’apporte de mon côté la sagesse due… aux cheveux  blancs ! J’agis peut-être comme un régulateur, notamment des tensions,  inévitables quand il faut rassembler tant de monde. Je dois simplement  témoigner que je n’aurais jamais cru participer à un tel mouvement, qui  sort de mon cadre habituel de travail et d’engagement, en me faisant  découvrir d’extraordinaires générosités. Il faut voir sur le terrain  tant d’associations œuvrer dans une pareille unité sous une même  bannière.

Sur le positionnement de fond de la manifestation la  présence d’un char gay ou l’évocation d’une « homo-éducation » ne  brouillent-ils pas le message ?

Tout est parti d’une phrase dans  le style de Frigide, mais il ne s’est jamais agi de singer la Gay  pride. Soyons clairs, nous en avons parlé ensemble : il n’y aura pas de  char gay, pas plus que de chars « hétéro », car nous sommes au-delà de  ce genre d’étiquette. En revanche, le témoignage des personnalités  homosexuelles qui sont à nos côtés comme Xavier Bongibault, de Plus gay  sans mariage, ou Philippe Ariño, auteur de L’Homosexualité en vérité – Briser le tabou,  doit être entendu par le plus grand nombre. Ces amis nous aident à  ouvrir notre cœur à la réalité de ce qu’ils vivent. Ils sont le plus à  même de montrer que c’est le projet gouvernemental qui est  « homophobe », dans le sens qu’il laisse croire que les personnes  homosexuelles devraient cautionner l’effacement de la parité homme femme  dans le mariage et dans la filiation. Quant au mot « homo-éducation »  prononcé par Frigide Barjot dans une émission de radio, il a été mal  compris : il ne s’agit pas de promouvoir l’homosexualité à l’école ou  l’homoparentalité bien sûr, mais juste de souligner que, la notion  d’« homofiliation » étant un mensonge, ce qui existe, ce sont des  situations ou deux personnes de même sexe élèvent ensemble des enfants.  Même si le lobby LGBT amplifie à dessein cette réalité, nous ne pouvons  l’ignorer, pas plus que les problèmes que cela peut poser.

Quel est le seuil (numérique, psychologique, etc.) au-delà duquel le  gouvernement sera obligé d’entendre les revendications du collectif ?

Nous  sommes pour le moment traités de haut, tant au niveau gouvernemental  qu’au niveau du parlement. Les promoteurs de ce projet ne plient pas. Ça  ne m’impressionne pas trop : en politique, on laisse toujours croire  que les décisions prises sont inéluctables. Vous connaissez la fable du  chêne et du roseau : notre mobilisation de masse doit aboutir à  déraciner un projet qu’ils veulent faire passer pour acquis. Vous avez  vu comme cela se lézarde déjà à gauche, autour de la procréation  artificielle voire de la gestation pour autrui… En période de crise,  l’exécutif peut-il se payer le luxe de gaspiller son temps à affronter  un très grand mouvement dont il n’a pas encore mesuré l’ampleur ? Notre  motivation désintéressée au service du bien commun l’a surpris, elle  peut le désarçonner.

Au-delà du 13 janvier, quels seront les fruits d’une telle mobilisation ?

Le  13 janvier 2013 est pour nous une première manifestation nationale, et  nous continuerons d’occuper le terrain – et la rue – dans les semaines  qui suivront. Vous avez vu que ce projet de loi divise profondément les  Français, alors qu’ils ne sont que très peu nombreux (7 %) à le  considérer comme prioritaire (1). L’immense majorité des Français reste  attachée au repère de la filiation père-mère-enfant. En ce sens, la réussite du  13 janvier, c’est le début d’un grand mouvement. Il y aura un avant et  un après. Et cette date facile à retenir est un rendez-vous avec  l’histoire.

Samuel Pruvot et Aymeric Pourbaix

(1) Sondage Ifop pour La Manif pour tous réalisé du 11 au 13 décembre 2012

MERCI POUR CETTE TRES BONNE INTERVIEW REALISEE PAR NOS AMIS DE FAMILLE CHRETIENNE.
CETTE INTERVIEW LEVE DE NOMBREUX POINTS LITIGIEUX COMME CELUI DE LA « GAY-PRIDE ».
PAR CONTRE, IL EST DOMMAGE QUE VOUS NE PARLIEZ PAS DE CIVITAS ;-(