Le gouvernement relance la guerre entre l’enseignement public et l’enseignement privé !


Madame Najat Vallaud-Belkacem, vous représentez la France, tous les Français sans exception, en tant que Ministre du Gouvernement. Qui plus est, vous êtes Ministre des Droits des Femmes, mais pensez-vous un petit peu aux enfants ?

Pensez-vous qu’un devoir de réserve ne s’impose pas quand la France est divisée à ce point sur le sujet du « mariage pour tous »? Et d’ailleurs, vous le verrez le 13 : la balance penche maintenant du côté des anti « mariage pour tous ». Et ils sont plus de 65% à demander un référendum sur le sujet. Ce n’est pas rien. C’est la réalité !

Alors vous avez trouvé, en creusant un peu plus le sillon laissé par Cécile Duflot (qui accusait les catholiques d’être si peu ouverts à la misère humaine sur le sujet des SDF), une astuce : parler du « mariage pour tous » à l’école. Et Vincent Peillon, refuse de son côté, que l’enseignement catholique débatte sur le sujet. Deux poids, deux mesures qui divisent la France 😦

Vous êtes prise en flagrant délit de propagande et de manipulation de l’enfance, alors que le projet de loi n’a pas été déposé et qu’il n’a même pas été voté.

Vous instrumentalisez les enfants de la République. Et cela nous rappelle le gouvernement de Vichy, qui l’a fait en son temps avec « Maréchal, nous voilà ! ».

Et en plus sous des airs d’innocents !

Votre rencontre avec les collégiens de Fleury-les-Aubrais, en octobre 2012, est une réponse au sujet traité : l’homophobie. La France serait-elle homophobe à ce point Madame le Ministre, pour que vous n’ayez pour seule réponse que celle de défendre le « mariage pour tous »?

Pourquoi à ce moment-là ne pas parler de l’hétérophobie, de la religionphobie, etc.?

Votre sujet était l’homophobie, pourquoi avoir parlé du « mariage pour tous »? Quel rapport?

Si vous en parlez, c’est bien que, justement, vous voulez lier les deux : homophobie et « mariage pour tous ». Si vous liez les deux, c’est qu’il s’agit bien d’une intention de votre part de défendre, de promouvoir le projet du « mariage pour tous ».

Etait-ce de la propagande ?

Permettez-nous de vous proposez cette définition (source Wikipédia) : La propagande désigne un ensemble d’actions psychologiques influençant la perception publique des événements, des personnes ou des enjeux, de façon à endoctriner ou embrigader une population et la faire agir et penser d’une manière voulue[1],[2].

CQFD : votre intervention nous ramène aux années obscures du siècle dernier…C’était bien de la propagande.

De qui êtes vous la Porte-parole ?

Etes-vous la Porte-parole du lobby inter-LGBT, de SOS-HOMOPHOBIE?

Ne mentez pas aux enfants, ne mentez pas à la France, ne mentez pas aux générations futures.

Sur le « mariage pour tous », il nous faut un débat apaisé, et surtout de la vérité.

Ce « mariage » gay est finalement attristant et nous entraîne vers de nouvelles querelles, vers la « crise pour tous ». Grâce à vous et à Monsieur Peillon, la guerre scolaire est en cours…A marche forcée vous accusez l’enseignement catholique et vous voulez museler son corps enseignant, ses enfants, ses parents d’élèves. Comme en 1984 !

Il est encore temps de réenchanter la France et de valoriser nos institutions républicaines : comme la Famille !

TOUS A PARIS, LE 13 JANVIER 2013 !

POUR LA LIBERTE, LA VERITE, ET LE RETRAIT DU PROJET…

 

 

Lisez le préambule de la Convention des Droits de l’Enfant de l’UNICEF


© UNICEF/NYHQ2010-0190/Noorani

Face à l’idéologie pure et dure, face à l’indifférence du gouvernement sur les enjeux et les conséquences désastreuses provoquées par la loi Taubira « le mariage pour tous » (si elle est votée en 2013) sur notre société : sur les enfants, les parents, le couple (homme-femme), la famille, il est utile de nous tourner vers les Institutions Internationales qui défendent et protègent encore les droits les plus élémentaires, les plus fondamentaux de l’enfant. Nous vous communiquons ci-dessous un extrait de ce préambule et nous soulignons en gras les éléments les plus importants de ce préambule.

« Les États parties à la présente Convention, Considérant que, conformément aux principes proclamés dans la Charte des Nations unies, la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine ainsi que l’égalité et le caractère inaliénable de leurs droits sont le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde, Ayant présent à l’esprit le fait que les peuples des Nations unies ont, dans la Charte, proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l’homme et dans la dignité et la valeur de la personne humaine, et qu’ils ont résolu de favoriser le progrès social et d’instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande, Reconnaissant que les Nations unies, dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et dans les Pactes internationaux relatifs aux droits de l’homme, ont proclamé et sont convenues que chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés qui y sont énoncés, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation, Rappelant que, dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, les Nations unies ont proclamé que l’enfance a droit à une aide et à une assistance spéciales, convaincus que la famille, unité fondamentale de la société et milieu naturel pour la croissance et le bien-être de tous ses membres, et en particulier des enfants, doit recevoir la protection et l’assistance dont elle a besoin pour pouvoir jouer pleinement son rôle dans la communauté, Reconnaissant que l’enfant, pour l’épanouissement harmonieux de sa personnalité, doit grandir dans le milieu familial, dans un climat de bonheur, d’amour et de compréhension, Considérant qu’il importe de préparer pleinement l’enfant à avoir une vie individuelle dans la société, et de l’élever dans l’esprit des idéaux proclamés dans la Charte des Nations unies, et en particulier dans un esprit de paix, de dignité, de tolérance, de liberté, d’égalité et de solidarité, Ayant présent à l’esprit que la nécessité d’accorder une protection spéciale à l’enfant a été énoncée dansla Déclaration de Genève de 1924 sur les droits de l’enfant et dans la Déclaration universelle des droits de l’homme ; dans le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (en particulier aux articles 23 et 24), dans le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (en particulier à l’article 10) et dans les statuts et instruments pertinents des institutions spécialisées et des organisations internationales qui se préoccupent du bien-être de l’enfant, Ayant présent à l’esprit que, comme indiqué dans la Déclaration des droits de l’enfant, « l’enfant, en raison de son manque de maturité physique et intellectuelle, a besoin d’une protection spéciale et de soins spéciaux, notamment d’une protection juridique appropriée, avant comme après la naissance », Rappelant les dispositions de la Déclaration sur les principes sociaux et juridiques applicables à la protection et au bien-être des enfants, envisagés surtout sous l’angle des pratiques en matière d’adoption et de placement familial sur les plans national et international, de l’ensemble de règles minima des Nations unies concernant l’administration de la justice pour mineurs (Règles de Beijing), et de la Déclaration sur la protection des femmes et des enfants en période d’urgence et de conflit armé… »

Messieurs HOLLANDE et AYRAULT, Madame TAUBIRA et tous les partisans du « mariage pour tous », nous vous invitons à lire et relire sans cesse ce préambule et l’ensemble de la Convention. Ensuite vous jugerez bon d’annuler sine die votre projet.

Soyez humains : ne touchez pas aux droits de l’enfant a avoir son papa et sa maman pour grandir. Aviez-vous un papa et une maman à vos côtés pendant votre enfance. Si oui, quelle chance, n’est-ce-pas !

Pour lire la totalité de la Convention des Droits de l’Enfant – UNICEF : Unicef_Convention internationale des droits de l’enfant

Face-à-face : pour ou contre ?


Dans cette page nous présentons les arguments de personnes qui sont pour le mariage gay, l’adoption d’enfants par les couples homosexuels, et la procréation médicalement assistée. Nous leur opposons nos arguments.

LE FACE A FACE DU 24 OCTOBRE 2012

De Gilles Bon- Maury  : La France est à la traîne.

« Légaliser le mariage pour tous c’est adresser également un message à nos voisins, belges, hollandais, espagnols ou portugais, dont le mariage n’est pas  reconnu en France parce qu’ils sont deux époux ou qu’elles sont deux  épouses. Il est temps de rattraper ce retard qui plonge la France dans  le passé. Autrefois à la tête du combat pour les libertés individuelles  avec la reconnaissance du pacs, la France est désormais à la traîne. »

Les Tourtereaux répondent à Gilles :

« Non, la France n’est pas à la traîne. A la traîne de quoi et de qui ? Non, la France est encore souveraine en matière civile. Elle doit faire attention à ne pas tomber dans le piège de ressembler, de copier les rares pays : 10 dans le monde (sur 200), qui ont légalisé le mariage gay, et l’adoption d’enfants par les couples homosexuels. Sans se lasser, il faut dire et redire, il faut répéter que l’enfant nait uniquement de l’union d’un homme et d’une femme. Le mariage c’est l’institution fondatrice de la famille, de notre société. Le mariage c’est l’union d’un homme et d’une femme. Il ne faut pas oublier les droits de l’enfant : l’enfant a droit à la vie. Né d’un père et d’une mère, il a droit à grandir avec son papa et sa maman ou avec un papa et une maman. Nous n’oublions pas pour autant les familles monoparentales et les familles qui ne peuvent pas avoir d’enfants. L’Etat doit leur venir en aide, prioritairement. Au nom de quoi, de quelle législation, de quelle mode, imposerions-nous à la société le mariage de deux hommes, de deux femmes, le changement de notre code civil, du livret de famille ? Ne cassons pas la chaîne de notre humanité. Avec Les Tourtereaux, protégeons le Mariage, l’Enfant et la Famille »

Retrouvez aussi ces échanges sur Newsring  : http://www.newsring.fr/societe/55-pour-ou-contre-le-mariage-gay/599-la-france-est-a-la-traine