L’enseignement catholique : quel courage, lisez leur communiqué, et soutenez-les !


Communiqué de presse – Projet de loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe

Enseignement catho
Au nom de sa responsabilité éducative, l’Enseignement Catholique estime qu’il est de son devoir de faire entendre sa voix sur le projet d’ouverture du mariage et de la parentalité aux personnes de même sexe.
Ouvert à tous, l’Enseignement Catholique accueille les personnes sans aucune discrimination. Il scolarise tous les enfants, quel que soit le milieu familial dans lequel ils grandissent. Cet accueil, fondé sur l’égale dignité de toute personne, ne saurait conduire à renoncer aux repères indispensables à la croissance harmonieuse de chaque jeune.
L’Enseignement Catholique juge indispensable de distinguer ce qui dépend de la liberté de chacun de ce qui relève des choix collectifs à promouvoir parce qu’ils engagent la société toute entière. Toutes les options individuelles n’ont pas à être instituées, au risque d’ébranler des références sociales aussi fondamentales que le mariage, union d’un homme et d’une femme, et la famille, cellule de base où la responsabilité éducative est exercée par un père et une mère.
Fort de son expérience et de son expertise éducatives, l’Enseignement Catholique partage le point de vue du plus grand nombre des professionnels de l’enfance. Avec eux, il rappelle que, pour la construction de l’identité et de la personnalité de chaque enfant et de chaque jeune, la reconnaissance de la différence sexuelle et le droit d’accéder à ses origines et à sa propre histoire sont tout à fait essentiels.
Négliger les droits de l’enfant pour faire prévaloir un droit à l’enfant constituerait un très grave contresens dont les enfants seraient les premiers à pâtir. C’est pourquoi l’Enseignement Catholique est en désaccord avec une évolution législative ouvrant le mariage et la parentalité aux couples homosexuels.
A tout le moins, une telle perspective exige l’ouverture d’un large débat permettant un échange de points de vue argumentés et une prise de conscience par le plus grand nombre de l’importance des enjeux. La gravité de la question posée, présentée par le gouvernement lui-­‐même comme « une réforme de société et même une réforme de civilisation » est incompatible avec la précipitation et l’invective.
L’Enseignement Catholique invite tous les éducateurs à une réflexion approfondie, animée par la recherche du bien commun et la vigilance à l’égard de toute simplification abusive. Il appelle chaque membre des communautés éducatives des 8 500 écoles catholiques à prendre part, en conscience et avec clairvoyance, au débat qui doit enfin s’ouvrir.

Non l’enseignement catholique n’en fait pas trop sur le « mariage pour tous »…Courage, continuez !


Source : Libération

L’enseignement catholique en fait-il trop sur le mariage pour tous ?

4 janvier 2013 à 16:13

Un professeur dispense des cours à des élèves de sixième du collège catholique Jean Bosco à Rambouillet le 20 décembre 2007.

Un professeur dispense des cours à des élèves de sixième du collège catholique Jean Bosco à Rambouillet le 20 décembre 2007. (Photo Pierre Verdy. AFP)

 

Enquête+document Dans un courrier que publie Libération, le ministre de l’Education appelle les recteurs à «la plus grande vigilance» face aux risques de «stigmatisation homophobe» dans les établissements privés qui pourraient débattre du sujet.

    Par SYLVAIN MOUILLARD
Libération

Avec ses quelque deux millions d’élèves, l’enseignement catholique se prépare-t-il à la mobilisation contre le projet de loi sur le mariage pour tous ? C’est la crainte du ministre de l’Education Vincent Peillon, qui a envoyé ce vendredi une lettre à ses recteurs d’académie, leur demandant «la plus grande vigilance» vis-à-vis des établissements privés. «Le caractère propre de ces établissements ne saurait leur permettre de déroger au strict respect de tous les individus et de leurs convictions, écrit le ministre dans ce courrier que Libération s’est procuré (voir ci-dessous). Il convient donc d’appeler à la retenue et à la neutralité au sein de tous les établissements afin que l’école ne fasse l’objet d’aucune instrumentalisation.»

La lettre ministérielle est en fait une réponse au courrier envoyé à la mi-décembre par le secrétaire général de l’enseignement catholique, Eric de Labarre. Dans cette missive transmise à 8 300 chefs d’établissements, il rappelle son opposition au projet de loi ouvrant la voie au mariage pour les couples homosexuels. De Labarre va même plus loin, en proposant aux directeurs de «prendre des initiatives qui [leur] paraissent localement les plus adaptées pour permettre à chacun l’exercice d’une liberté éclairée».

Tollé chez certains syndicats du privé, qui dénoncent une ingérence intolérable, et une volonté d’instrumentaliser les élèves. La tonalité est semblable chez Vincent Peillon. Le ministre dénonce la «faute» du secrétaire de l’enseignement catholique, jugeant qu’il n’est «pas opportun d’importer dans l’école le débat sur le mariage pour tous». «Je ne veux pas raviver la guerre scolaire», nuance-t-il toutefois au Monde. Dans sa lettre, il rappelle par ailleurs que «la prévalence du suicide chez les jeunes homosexuels est plus de cinq fois supérieure que chez les jeunes hétérosexuels».

Pour lire la lettre du ministre, cliquez ici.

Vacance scolaire oblige : l’enseignement catholique appelle au débat…


Enseignement catho

Communiqué de presse de l’enseignement catholique – Projet de loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe

Au nom de sa responsabilité éducative, l’Enseignement Catholique estime qu’il est de son devoir de faire entendre sa voix sur le projet d’ouverture du mariage et de la parentalité aux personnes de même sexe.
Ouvert à tous, l’Enseignement Catholique accueille les personnes sans aucune discrimination. Il scolarise tous les enfants, quel que soit le milieu familial dans lequel ils grandissent. Cet accueil, fondé sur l’égale dignité de toute personne, ne saurait conduire à renoncer aux repères indispensables à la croissance harmonieuse de chaque jeune.
L’Enseignement Catholique juge indispensable de distinguer ce qui dépend de la liberté de chacun de ce qui relève des choix collectifs à promouvoir parce qu’ils engagent la société toute entière. Toutes les options individuelles n’ont pas à être instituées, au risque d’ébranler des références sociales aussi fondamentales que le mariage, union d’un homme et d’une femme, et la famille, cellule de base où la responsabilité éducative est exercée par un père et une mère.
Fort de son expérience et de son expertise éducatives, l’Enseignement Catholique partage le point de vue du plus grand nombre des professionnels de l’enfance. Avec eux, il rappelle que, pour la construction de l’identité et de la personnalité de chaque enfant et de chaque jeune, la reconnaissance de la différence sexuelle et le droit d’accéder à ses origines et à sa propre histoire sont tout à fait essentiels.
Négliger les droits de l’enfant pour faire prévaloir un droit à l’enfant constituerait un très grave contresens dont les enfants seraient les premiers à pâtir. C’est pourquoi l’Enseignement Catholique est en désaccord avec une évolution législative ouvrant le mariage et la parentalité aux couples homosexuels.
A tout le moins, une telle perspective exige l’ouverture d’un large débat permettant un échange de points de vue argumentés et une prise de conscience par le plus grand nombre de l’importance des enjeux. La gravité de la question posée, présentée par le gouvernement lui-­‐même comme « une réforme de société et même une réforme de civilisation » est incompatible avec la précipitation et l’invective.
L’Enseignement Catholique invite tous les éducateurs à une réflexion approfondie, animée par la recherche du bien commun et la vigilance à l’égard de toute simplification abusive. Il appelle chaque membre des communautés éducatives des 8 500 écoles catholiques à prendre part, en conscience et avec clairvoyance, au débat qui doit enfin s’ouvrir.