Mariage gay: Frigide Barjot affirme avoir « ébranlé » François Hollande


Source : L’Express

La chef de file des opposants au mariage pour tous a été reçue pendant une demie-heure à l’Elysée. « Je crois que la reconnaissance de notre mouvement est faite » mais François Hollande « ne nous porte pas encore aux nues », a déclaré Frigide Barjot à l’issue de cette rencontre.

Elysee_250113

Frigide Barjot, lors d’une manifestation anti-mariage pour tous devant l’Elysée, le 23 janvier. Elle a été reçue ce vendredi à l’Elysée par François Hollande, avec d’autres opposants au projet de loi. AFP PHOTO / JACQUES DEMARTHON

« On nous a fait passer par derrière », « par les communs ». Frigide Barjot, porte-voix des opposants au mariage homosexuel, a ironisé après avoir été reçue ce vendredi soir pendant une demi-heure à l’Elysée par François Hollande. Arrivée au plaais présidentiel par son entrée principale, elle en est ressortie par une autre aile, au moment où entraient par le perron Florence Cassez et sa famille pour un entretien avec le président.

L’humoriste a qualifié son entrevue avec François Hollande de « consistant et sympathique ». « Je crois que la reconnaissance de notre mouvement est faite » mais le chef de l’Etat « ne nous porte pas encore aux nues », a-t-elle déclaré à des journalistes, confirmant un appel à manifester des opposants au texte le 2 février prochain, alors que les manifestants favorables au mariage pour tous manifestent ce dimanche.

Rassemblement anti- mariage pour tous devant l’Elysée

« Le président nous a dit qu’il nous entendait, d’ailleurs il nous a gardés » et « nous avons vraiment balayé toute la problématique de la loi Taubira », sur le mariage homosexuel, a-t-elle ajouté, jugeant l’entretien avec le chef de l’Etat « consistant et sympathique ». « Nous l’avons ébranlé », a-t-elle dit.

Plusieurs opposants au mariage gay ont profité de l’occasion pour se rassembler à proximité du palais de l’Elysée, où les rues proches avaient été barrées par d’importantes forces de police, pour réclamer un référendum sur cette question.

La meneuse du collectif « La Manif pour tous » était accompagnée de Laurence Tcheng, du collectif « La gauche pour le mariage républicain », ainsi que d’un représentant du collectif « Plus gay sans mariage ».

Lors de cet entretien, le président de la République devait réaffirmer « sa détermination à faire adopter » le projet de loi ouvrant le droit au mariage et à l’adoption aux couples homosexuels, avait indiqué son entourage.

 

 

Publicités

Le conseiller très spécial du Président : à lire absolument !


Depuis son bureau de l’Élysée, Bernard Poignant, le Maire de Quimper est chargé d’écouter la société civile pour le compte du Président de la République. Chaque semaine, il rencontre des élus, des responsables syndicaux, associatifs et industriels. Une place très spéciale au coeur du pouvoir et au sommet de l’État.

Il aborde le sujet du « mariage pour tous ». A lire et à diffuser !!!

De quoi s’agit-il ?

Bientôt un projet de loi autorisant le mariage entre personnes du même sexe sera adopté en Conseil des Ministres avant d’être déposé sur le bureau du Parlement. Il sera discuté par celui-ci puis voté ou pas par les deux Chambres. L’adoption d’un enfant par ce même couple marié sera elle aussi permise. C’est une revendication ancienne des associations homosexuelles. La population réagissait peu tant qu’aucun projet n’apparaissait à l’horizon. Ce n’est plus le cas et les discussions s’engagent en famille comme au travail. Des maires s’interrogent et annoncent déjà qu’ils refuseront de procéder à ces mariages, en invoquant une clause de conscience. Il faut donc que chacun y réfléchisse, développe son point de vue, respecte celui de l’autre et s’apprête à respecter la loi quel que soit le contenu de celle-ci. »S’agit-il d’une question de sexualité ?« La réponse est non. Il faut évacuer ce sujet. Depuis 1982 et François Mitterrand l’homosexualité ne figure plus dans le code pénal. Au contraire l’homophobie est punissable au même titre que les autres discriminations. Chaque adulte est libre de son orientation et de ses pratiques sexuelles dès lors qu’elles sont consenties, non-violentes et non liées à des trafics d’êtres humains et au proxénétisme. »       S’agit-il d’ouvrir un nouveau contrat entre deux personnes ?

« La réponse est non. Le PACS existe depuis 1999. Il est largement utilisé par les hétérosexuels comme les homosexuels. Il pourrait être amélioré sans doute et au moins être conclu en mairie plutôt qu’en tribunal d’instance. »

S’agit-il de permettre ” une reconnaissance sociale de l’amour ” ?

« La réponse est encore non. Le mot ” amour ” ne figure pas dans le code civil. Et heureusement car il faudrait en vérifier la réalité ! »

De quoi s’agit-il ?

« Il s’agit de la question de l’enfant. Quand un enfant nait, le mari est présumé père et seulement présumé car l’enfant a pu être conçu avec un autre homme dans l’ignorance du mari. Quand le couple n’est pas marié, l’enfant est reconnu ou pas par le compagnon ou tout autre homme. Dans tous les cas de figure, il y a un père et une mère. »

Egalité pour tous : quels droits ?

« Certains partent du seul droit des adultes au nom de leur liberté et de l’égalité. D’autres partent des enfants au nom d’une idée de leur construction et aussi de l’égalité car tous doivent savoir qu’ils sont issus d’un père et d’une mère.

Ce principe d’égalité va d’ailleurs trouver ses limites : deux femmes peuvent chacune avoir un enfant par rapport naturel ou procréation médicalement assistée. Deux hommes ne le peuvent pas. Voilà au moins un constat difficile à contester… »

Pour retrouver l’intégralité de ses propos cliquez sur Bernard Poignant_dabordlenfant.

Le conseiller très spécial du Président est ouvert au débat, et c’est tant mieux ! Il reste maintenant à convaincre Mme TAUBIRA, Mr AYRAULT et le Président lui-même :-))