Mariage gay : pour l’Église, il ne faut pas «ignorer» la rue


Source : Le Figaro    

À droite, le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, lors de la Manif pour tous.
À droite, le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, lors de la Manif pour tous.Crédits photo : Corinne SIMON/CIRIC

Réagissant pour la première fois depuis la manifestation des opposants au mariage pour tous, les évêques de France appellent la majorité à ne pas «ignorer» les «réactions» suscitées chez tant de Français.

Trois jours après la manifestation monstre contre le mariage homosexuel, les évêques de France appellent directement la «majorité politique» à ne pas «ignorer» les «réactions» suscitées chez «tant de nos compatriotes» car elles ont été spectaculairement mises en évidence par «l’ampleur exceptionnelle» de cette mobilisation.Refuser de le voir ne serait pas «sans dommage pour le bon fonctionnement démocratique» préviennent-ils. Ils appellent donc les responsables gouvernementaux à «rassembler le pays» pour ne laisser s’installer un «clivage» qui serait «malvenu» dans le contexte de la crise économique et sociale.Lors de ses vœux à la presse, mercredi matin, le président Hollande a toutefois assuré, sur un mode allusif, qu’il n’entendait «pas opposer une France à une autre» mais qu’il poursuivrait ses œuvres de «modernisation» en «respectant les opinions et le débat».

Chercher une troisième voie

Sans évoquer un référendum, les évêques demandent donc concrètement aux élus impliqués dans le «débat parlementaire» d’imaginer «des solutions et des formulations qui soient respectueuses du caractère hétérosexuel du mariage, de la filiation et des personnes homosexuelles». Ce qui reviendrait à réserver strictement le mot «mariage» à l’union d’un homme et d’une femme et à chercher une troisième voie – par exemple une union civile renforcée – comme ils l’avaient déjà suggérée, dans un document, en septembre dernier.

Ils invitent, enfin, les «communautés catholiques» à «poursuivre la réflexion sur ces enjeux fondamentaux». Ce qui signifie en clair, ne rien exclure du côté de l’action mais à prendre à présent le temps, d’une réévaluation de la stratégie à mener.

Car ils s’inquiètent du «risque de clivage profond» de la France sur ce sujet. Or, la responsabilité d’une religion, comme l’Église catholique, estiment-ils depuis le début, n’est pas de pousser à la division, ou à l’exclusion politique, mais de favoriser l’unité du pays, précisément par la tenue d’un débat de qualité où seront pris en compte tous les points de vue. Quant à «la mission du politique» écrivent-ils, elle est justement «d’offrir le cadre d’une authentique réflexion sociale sur ces questions majeures».

D’autant insistent-ils que «nous avons alerté depuis de longs mois le gouvernement et l’opinion publique» sur ce «risque de clivage» représenté par le projet de loi. «Ce clivage est d’autant plus malvenu que notre pays connaît une période de fortes difficultés économiques et sociales qui devrait, au contraire, amener les responsables politiques à rassembler le pays».

Une «alerte» qui était «fondée» se justifient-ils en soulignant «l’ampleur exceptionnelle» de la manifestation: «des gens de toutes les régions de France, jeunes ou plus âgés, en famille, avec leurs enfants ou seuls, de toutes opinions, de toutes religions ou sans religion, ont défilé avec conviction, dans la bonne humeur et sans agressivité à l’égard de quiconque. Dans cette grande diversité, la caractéristique commune était la reconnaissance de la famille, l’intérêt supérieur des enfants et le respect de la filiation».

Publicités

Retour sur le scandale du Cardinal Barbarin


Souvenez-vous, le Cardinal Barbarin lors d’une interview sur TLM, le 14 septembre 2012, faisait cette déclaration sur les conséquences du « mariage pour tous  » :

«Un mariage, c’est un mot qui veut dire rempart, pour permettre au lieu le plus fragile de la société, c’est-à-dire une femme qui donne la vie à un enfant, que toutes les conditions soient établies pour que ça se passe dans les meilleures possibilités.

Après, ça [le « mariage pour tous »] a des quantités de conséquences qui sont innombrables. Après, ils vont vouloir faire des couples à trois ou à quatre. Après, un jour peut-être, l’interdiction de l’inceste tombera».

Sa déclaration avait soulevé un véritable tsunami de protestations de la part du gouvernement et des partisans du « mariage pour tous ». Cependant, Emmanuel Valls avait été plus conciliant, estimant que : « il était dans son droit, et c’était peut-être de son devoir » de s’exprimer ainsi.

Le Parti radical de gauche avait qualifié d' »égarements » les propos de Mgr Barbarin, et fermait le débat en parlant de « la laïcisation du droit qui est une évolution irréversible de notre société« . Mgr Barbarin ne devait plus sortir de sa sacristie…

Du côté des lobbies gays l’affaire était autre. Pour Nicolas Gougain, porte-parole du mouvement LGBT (lesbienne, gay, bi et trans) « Mgr Barbarin s’obstine à ignorer que nous sommes dans un État laïc et pratique toute une série d’amalgames nauséabonds ». L’erreur de Mgr Barbarin était de s’être exprimé en toute liberté sur un sujet de société civile : « il n’est pas de bon ton que les autorités religieuses s’immiscent dans un débat politique« .

Heureusement que nous sommes encore dans un état de droit (?). Mais peut-être que Mgr Barbarin devrait être assigné à résidence, et ne plus jamais s’exprimer. Cela fait froid dans le dos…notre société glisse-t-elle vers un certain totalitarisme? On est en droit de se poser la question…Les positions extrêmistes des partisans du « mariage pour tous » ne peuvent que nous alerter sur leurs mauvaises intentions.

Du côté des opposants du « mariage pour tous », Christine Boutin, présidente du Parti Chrétien Démocrate s’exprimait et prenait la défense du Primat des Gaules (archevêque de Lyon) :

« Le cardinal Barbarin a dit que ça peut mener vers la polygamie, ce n’est pas le seul à le penser. En tous les cas ça mérite qu’on en discute. Il y a effectivement un risque. Ce n’est pas complètement en dehors de la raison de dire cela ».

Sa conclusion restait alors sans appel :

« Un couple d’homosexuel n’ayant pas la possibilité de procréer, il faut bien qu’il y ait un tiers qui puisse venir ».

Des couples à trois : le Cardinal Philippe Barbarin avait-il raison ?

Si le Cardinal a projeté les conséquences du mariage gay en France, il faut pour pouvoir répondre à cette question, se rendre dans 1 des 10 pays du monde qui a légalisé le mariage homosexuel et l’adoption d’enfants par des homosexuels.
Nous sommes allés voir comment cela se passe en Hollande.Pour aider les mariés homosexuels hollandais qui éduquent des enfants, et pour aller plus loin dans  » l’homofiliation », le gouvernement hollandais étudie la possibilité de reconnaître officiellement trois personnes ou plus comme parents d’un même enfant.Les droits parentaux seraient donc ouverts à tous ou en tout cas à plusieurs.

Nous pouvons conclure que le Cardinal Barbarin avait raison, et nous ne pouvons que le soutenir, même si le mouvement Les Tourtereaux est indépendant de toute chapelle et de toute religion (le recteur de la Grande Mosquée de Paris ou d’Evry aurait fait une telle déclaration, nous le soutiendrions également; idem pour les autres religions…).

Le projet de loi Taubira « le mariage pour tous » est donc plus que dangereux à cet égard. Il est dangereux et scandaleux dans son essence même. Que dire de son (ses) application si jamais la loi était votée?

Nous rappelons que la France n’est pas la Hollande; et, que seuls 10 pays sur 200 ont choisi ce chemin qui est une véritable mésaventure familiale et sociétale.

Nous rappelons aussi que le mouvement Les Tourtereaux est un mouvement indépendant et unitaire. Si un autre représentant d’une autre religion (nous pensons au recteur de la Grande Mosquée de Paris ou d’Evry, par exemple) s’était exprimé de la sorte nous aurions donné la même importance au sujet dans nos colonnes.

TOUS UNIS POUR LE MARIAGE, L’ENFANT ET LA FAMILLE

TOUS UNIS CONTRE LE PROJET DE LOI TAUBIRA