DSK : la tête bien pensante du « mariage pour tous » !


Dominique Strauss-Kahn avant sa chute
copyright JSSNews

Le fait que DSK ait été la cheville ouvrière du « mariage pour tous » ne s’étale pas sur la une de nos magazines ou sur les plateaux télé de nos 20h. Pourquoi ?

Il est bon de rappeler qu’à l’époque de sa grande puissance, il avait pourtant la langue bien pendue. Et toute la gauche était derrière-lui. Il est vrai que depuis le mois de mai 2011, les choses ont changé. Certes, mais pas les projets de loi.

Retour en arrière…

Rappelez-vous (image à l’appui), DSK est au coeur dans les années 2004-2005 de la machine à remonter le temps des années glorieuses de la gauche.

DSK est en première ligne au moment de l’affaire du « mariage » hors-la-loi de Bègles organisé par Noël Mamère (tu parles d’un cadeau !).

Pour lui : « c’est oui »

Quelques semaines avant le raout de Bègles, un socialiste est à l’arrêt, et chasse sur les terres françaises de l’homosexualité. Il a senti que le mariage gay pouvait lui permettre de prendre une longueur d’avance sur ses petits camarades. Qui c’est ? DSK. Lors d’un dîner chez des amis à Paris, il a longuement échangé avec Christophe Girard, adjoint de Delanoë et militant de la cause homosexuelle, qui s’apprête à assister au mariage de Bègles.

L’opinion de DSK sur le sujet de l’homosexualité

« Il faut que le PS soit dans la marche du progrès. » Le 11 mai, le Parti socialiste a convoqué un bureau national sur ce sujet. Le matin même, DSK prend tout le monde de court dans « Libération ». Le titre de son interview est on ne peut plus explicite : « Pour moi, c’est oui ».

Et les autres éléphants ?

Lionel Jospin est contre. Pour Martine Aubry et Ségolène Royale : la question mérite d’être posée, mais ce sera non à l’adoption. La question de la parentalité dérange à gauche : c’est NON !

Et François Hollande ?

C’est en fait lui, en tant que premier secrétaire du Parti socialiste, qui va prendre la décision d’avancer sur le sujet du « mariage gay ». Sujet qui avait été refermé par Lionel Jospin. François Hollande va dire oui au mariage, au nom de « l’égalité des droits ». Mais il n’est pas question de l’adoption.

Et Jean-Marc Ayrault ?

A l’époque (2004-2006) il est très réservé et s’exprime très clairement sur le sujet : « L’égalité des droits n’est pas l’uniformité des droits« .

Nous pouvons remercier DSK, il aurait mieux fallu pour tout le monde que l’affaire du SOFITEL éclate en 2004 !

Vous trouverez ci-dessous les extraits de son interview du 11 mai 2004, parue dans Libération.

Etes-vous favorable au mariage et à l’adoption pour des couples de même sexe ?

Oui. Ma conception du socialisme est que chacun doit pouvoir maîtriser son destin et qu’il faut lutter contre toutes les formes de discrimination. Les droits des homosexuels doivent être les mêmes que ceux des hétérosexuels. Le seul argument de la droite pour s’opposer au mariage des personnes de même sexe, c’est de dire que le mariage doit servir à la procréation. Cela ne résiste pas aux faits : près de 50 % des enfants naissent hors mariage aujourd’hui et il y a, à l’inverse, énormément de couples mariés qui n’ont pas d’enfants. Le lien entre la procréation et le mariage a été rompu. Par conséquent, qu’est devenu le mariage ? Une déclaration d’amour solennelle entre deux êtres qui s’aiment et un contrat afin de protéger les intérêts et le patrimoine des conjoints. Pour ma part, je ne vois aucune raison de l’interdire à deux personnes du même sexe. Quant à l’adoption, le problème est plus compliqué, car les résistances dans l’opinion seront plus fortes. C’est pourtant la question essentielle et il ne faudrait pas, au prétexte qu’on ouvre le mariage, fermer l’adoption.

L’adoption doit être regardée du point de vue de l’enfant plus que du point de vue des parents. Certains pensent que, par nature, il est dommageable pour un enfant d’être élevé par un couple homosexuel. Je considère que c’est une faute morale, et, sauf à ce qu’on me démontre le contraire, un non-sens scientifique.

L’orientation sexuelle ne détermine pas l’aptitude à élever un enfant. La réalité de l’homoparentalité aujourd’hui en est une illustration qui tord le cou aux idées reçues. Ce qui compte c’est le bonheur de l’enfant et son avenir, avec un couple hétérosexuel ou homosexuel. Sans compter que la réalité est encore plus brutale : pour l’enfant, la question c’est être adopté ou rester abandonné.

Sur l’adoption par un couple homosexuel, c’est oui ou peut-être ?

Posé comme cela, pour moi c’est oui. C’est oui, car il faut aller au bout de la lutte contre les discriminations. Néanmoins, il est indispensable de préparer la société par le débat. Cela ne veut pas dire qu’il faille obligatoirement suivre la société et attendre qu’il y ait une majorité. On n’aurait jamais aboli la peine de mort dans ces conditions.

Faire de la politique ce n’est pas suivre ce que veut l’opinion et en faire son programme ; c’est au contraire identifier l’intérêt général et travailler à le faire partager par l’opinion. C’est pour cela que je souhaite que le PS et la gauche prennent rapidement position. En attendant, j’ai créé sur ces questions au sein de mon club «A gauche en Europe» un groupe de travail, présidé par Christophe Girard (adjoint vert à la mairie de Paris) qui comprend des pédopsychiatres, des juristes, des sociologues, des représentants des parents d’élèves… Ces travaux seront présentés dans le cadre d’un colloque, le 24 juin (2004).

Etes-vous prêt à célébrer un mariage homosexuel en mairie?

Noël Mamère et moi partageons le même objectif : l’égalité de tous les citoyens de la République. Simplement, pour changer la loi, je préfère la confrontation démocratique à la provocation juridique. Un grand débat sera plus utile qu’un coup d’éclat.

La question des droits des homosexuels est-elle une question à part pour vous ?

Non, elle est indissociable de l’avancée des libertés dans notre société. Les pays du Nord sont en avance. L’exemple espagnol, avec l’annonce de Zapatero sur le mariage des couples homosexuels, apporte la preuve que mêmes dans les pays du Sud plus traditionalistes, quand la gauche est au pouvoir, elle peut faire avancer les choses.

Selon vous, la différence entre droite et gauche ne se joue donc plus sur le terrain économique et social…

Aujourd’hui, tout le monde voit bien qu’il y a une différence entre la droite et la gauche dans le domaine social. La droite veut libérer le marché, alors que nous, nous voulons libérer l’homme et la femme, les mettre au coeur des préoccupations politiques. Ce clivage est tout aussi pertinent sur les questions de société. Nul n’oublie que la majorité de la droite se prononça contre l’avortement, le Pacs ou la pénalisation des propos homophobes. La droite se prononce aujourd’hui contre le mariage des couples homosexuels.

Il y a au PS un courant de pensée hostile au mariage en général, hétéro et homo…

Faire en sorte que les homosexuels puissent se marier, c’est aussi leur donner le droit de ne pas se marier.

Libération, Par Charlotte ROTMAN et Blandine GROSJEAN, mardi 11 mai 2004, p. 14

Publicités

Une réflexion au sujet de « DSK : la tête bien pensante du « mariage pour tous » ! »

  1. Non au mariage gay et à la reconnaissance juridique de l’ homoparentalité.

    I. Le langage

    La normalophobie.

    L’habitude a été prise, depuis une douzaine d’années, d’utiliser systématiquement les termes d’homosexualité ou d’hétérosexualité, au point que personne ne parle plus d’orientation sexuelle normale ou d’orientation sexuelle déviante. Certains sympathisants de la cause homosexuelle refusent même l’emploi du terme « normal » quand il s’applique à la sexualité. Ils ne tolèrent pas que l’on puisse ainsi porter un jugement sur les orientations sexuelles ni, par conséquent, réfléchir sur le mariage gay et l’homoparentalité.

    Des mots précis.

    L’emploi d’un même terme pour désigner deux réalités différentes conduit à des confusions.
    On ne peut donner un même nom, en l’occurrence « couple » à l’union homosexuelle et à l’union hétérosexuelle. En effet l’union d’un homme et d’une femme est différente de l’union entre deux hommes ou entre deux femmes, à moins de considérer que l’homme est identique à la femme.
    L’homosexualité est une forme d’ intolérance à l’altérité sexuelle alors que l’hétérosexualité fait vivre la complémentarité sexuelle.
    L’utilisation d’un même terme, « couple » pour désigner deux réalités différentes, et même antagonistes, est anormale.
    A deux types d’unions différentes il faut donner des noms différents : « couple », comme on l’utilise depuis toujours pour les unions hétérosexuelles et, pour les unions homosexuelles, on peut préconiser le terme « paire » car cette union concerne deux personnes de sexe identique.
    Si le couple est composé de deux personnes c’est qu’il y a deux sexes différents. Le chiffre « 2 », en tant que tel, n’ouvre aucun droit. S’ agissant d’homosexuels, le sexe étant le même pour les deux personnes, cette reconnaissance juridique de la vie à deux n’offre pas plus de pertinence qu’une reconnaissance juridique de la vie à trois, quatre ou cinq.

    Toute confusion dans les termes entraîne une confusion dans la perception de ces deux réalités. Cette confusion peut amener à souhaiter un même régime juridique , en l’occurrence le mariage, pour des unions qui sont différentes.

    II. La loi et le mariage

    Avec le mariage la société reconnaît juridiquement l’importance de l’altérité sexuelle et lui rend hommage, en mariant par exemple des couples qui ne peuvent pas, ou plus, enfanter. La société sait que seule l’ union d’un homme et d’une femme permet potentiellement d’ assurer son avenir. Les hétérosexuels n’ont jamais eu besoin de réclamer un droit au mariage , car une telle possibilité est évidente depuis la nuit des temps.

    Le mariage n’a pas été créé pour permettre au législateur de remettre en cause la liberté individuelle en se préoccupant de sexualité récréative, homo ou hétéro, ni pour s’occuper d’amour. Le maire n’a d’ailleurs pas à demander aux futurs époux s’ils s’aiment ou non. Il ne leur demande pas non plus leur orientation sexuelle, cette dernière, quelle qu’elle soit, ne confère aucun droit. Le mariage est ouvert à tous. Il ne crée ni une injustice ni une discrimination envers les personnes qui sont incapables d’établir une relation complète avec le sexe opposé. Leur déviance de l’orientation sexuelle est la seule cause de leur incapacité à se marier.
    Si chaque individu peut librement se marier, est l’ égal des autres devant le mariage, l’union homosexuelle, elle, n’est pas égale à l’union hétérosexuelle. Seules des choses identiques peuvent être traitées d’une façon égale.

    Malgré le chantage à l’homophobie le législateur n’a pas à étendre le mariage à une union différente de celle pour lequel il est prévu, cela d’autant plus qu’ avec le mariage, le plus souvent, un tiers est concerné : l’enfant . Le législateur, par le mariage, propose un cadre au couple afin de l’aider à se stabiliser et protéger ainsi l’enfant né ou à naître.
    S’il est exact que des homosexuels peuvent avoir la charge d’enfants, la demande de reconnaissance juridique de l’homoparentalité comme une forme de paternité est inutile, l’enfant ayant un état civil et donc un régime juridique clair.

    III. L’enfant

    Une fraction du lobby homosexuel souhaiterait assimiler le couple avec enfant et une paire d ‘ homosexuels élevant un enfant. En effet l’apparence de ces derniers se rapproche de celle du couple normal. Les demandes d’accès au mariage et à l’adoption peuvent de ce fait apparaître parfois comme destinées à faire oublier le caractère spécifique de l’homosexualité. L’enfant deviendrait alors un moyen mis au service d’une cause qui n’est pas la sienne.
    Les maltraitances d’ enfants, quant à elles, doivent être sanctionnées si des parents sont indignes. Les enfants placés dans une famille d’adoption doivent y retrouver le père et la mère qui leur manquent. On ne doit pas utiliser le malheur de ces enfants afin de démontrer qu’ils seraient mieux dans une famille de deux hommes ou deux femmes que dans leur famille d’origine et les transformer ainsi en propagandiste obligés de l’homoparentalité. Quant à l’adoption par un célibataire elle devrait prioritairement permettre que des enfants puissent être adoptés par leur oncle, leur tante, ou un autre membre célibataire de sa propre famille.

    Faire croire à un enfant qu’il a deux papas est un mensonge.
    Faire croire à un enfants qu’il a deux mamans est choquant. Une mère est unique, biologiquement et moralement. C’est cette unicité qui crée le lien enfant-mère à nul autre comparable.

    La loi n’a pas à entériner toutes les situations de fait découlant du comportement de tel ou tel individu sauf à créer une règle par individu et par situation ce qui entraînerait la disparition de la notion même de droit. L’homosexualité a toujours existé, elle est admise par notre société. Ce comportement n’a cependant pas vocation à être à l’origine d’une modification de la législation sur le mariage.

    IV Non au mariage pour les gays

    L’union hétérosexuelle peut donner la vie, pas l’union homosexuelle. La première respecte l’altérité sexuelle, la seconde l’ignore. Les principes d’égalité, de non-discrimination, ne s’opposent pas à ce que le législateur règle de façon différentes des situations différentes.

    Le mariage pour les gays est un non-sens.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s